École d'A.R.C. - Montreal
 
CENTRE DE FORMATION EN RECHERCHE CLINIQUE
 

Test d'auto-evaluation

 Ce travail me conviendra-il

Ai-je les bonnes qualités ?

Pour vérifier, cliquez ici >>


RÉFÉREZ CE PROGRAMME
 
 
 
Référéz à un ami cette carrière valorisante et bien payée,
mais peu connue 

                                                       
                      English    Français    Русский   Log-in   .
                      Follow us at Facebook and Twitter
 


Méthode pratique pour améliorer son niveau d’anglais

Parler bien l’anglais augmente les chances des immigrants à trouver un emploi approprié. C’est ce que révèle une vaste enquête de Statistique Canada sur l'intégration des immigrants, qui traite notamment des perspectives d'emploi et la connaissance des langues officielles.

Un obstacle franchissable

Cet obstacle de taille est une réalité du marché du travail, que plusieurs nouveaux arrivants devront affronter et espérer dépasser pour améliorer leurs chances d’intégrer un emploi, qui répond à leurs attentes.

Conscients de ce fait, plusieurs organismes communautaires offrent des cours d’anglais pour tous les niveaux et ce, à des prix raisonnables. Il y a aussi des cours dans les universités et les collèges, ainsi que des cours particuliers dans les annonces et la publicité dans les médias. Mais le problème de ces cours en classe est, qu’ils sont ajustés à la vitesse d’apprentissage des moins doués et que souvent leur horaire ne correspond pas à vos disponibilités.

Néanmoins, même si vous êtes tentés de vous inscrire à un cours ou l’autre, il est indispensable de compléter l’apprentissage académique par une immersion dans un environnement anglophone. L’astuce de ce mois revient à vous proposer une méthode, qui a fait ses preuves, si elle est respectée dans les détails. Voilà ce que c'est l'immersion en anglais :

Écouter la radio

Pour améliorer l’écoute (Listening), l’achat d’une radio avec écouteur est une nécessité (entre 1$ et 15$). Dès le réveil, il faut écouter les stations anglophones de la radio comme la CBC. Privilégiez le transport par bus au lieu du métro pour pouvoir vous déplacer en écoutant la radio.

Regarder la télévision    

La télévision vous permettra de combiner l’écoute, la lecture et la compréhension d’une communication en anglais. Assurez-vous de suivre les informations du soir sur les chaînes anglophones, comme CBC, CTV, etc. Suivez aussi certaines séries télévisées, qui utilisent un langage accessible. Si votre poste de TV le permet, affichez  les sous-titres des films, préférablement en anglais.

Demandez à votre famille de vous supporter dans ce projet et pour un certain temps ne regardez que les canaux en anglais. C’est ça l’idée de l’immersion– utiliser chaque opportunité d’entendre de l’anglais, même si vous n’écoutez pas activement dans le moment.

Regardez des films en anglais

Quand vous empruntez des films en DVD, activez les sous-titres en anglais pour faciliter la compréhension. Le sujet importe peu, vous pouvez prendre même des films d’enfants et les regarder avec vos enfants, l’important, c’est d’accumuler des mots et expressions simples.

Lire des journaux anglophones

Pour enrichir votre vocabulaire (Understanding), lisez les journaux en anglais en utilisant un dictionnaire. Pour ne pas perdre du temps, utilisez un dictionnaire en ligne, comme par exemple Collins de Reverso.com. En effet, lisez d’abord des articles, qui entrent dans vos centres d’intérêt, les annonces etc. Si vos hésitez, pour une raison ou une autre, à acheter un journal chaque jour, toutes les bibliothèques mettent à votre disposition gratuitement plusieurs quotidiens, magazines, revues, romans, etc. Il y a aussi la possibilité de consulter les sites Internet de tous les journaux du monde, d'écouter la radio  et regarder la télé. Et enfin, il y a les journaux gratuits, qui en plus vous informent de tout ce, qui se passe dans la ville.

Lire des livres anglais

Si vous jugez votre anglas insuffisant, commencez avec des livres pour préadolescents, mais essayez de ne pas utiliser un dictionnaire pour ne pas vous ralentir et vous décourager. Dans chaque livre une grande partie du texte sont des descriptions, qui contribuent à présenter mieux l’atmosphère, mais ne sont pas absolument nécessaires pour comprendre le sujet. Vous allez voir que vers le milieu du livre vous allez commencer à comprendre l’intrigue. Après 3-4 livres, vous serez étonné de vous entendre utiliser des mots et des expressions, que vous ne pensiez pas connaitre.

Si le livre désiré n’est pas disponible dans votre bibliothèque, qui est souvent le cas pour les livres anglais, regardez dans le Catalogue Nelligan du site des bibliothèques de Montréal où il est disponible et demandez qu’on l’amène dans votre bibliothèque. Vous pouvez emprunter et retourner vos livres dans n’importe quelle bibliothèque de la ville.

Prenez des cours d’anglais en DVD

Dans les bibliothèques vous pouvez emprunter des cours d’anglais en cassettes ou en DVD. Si dans votre bibliothèque on n'a pas le cours, que vous voulez, demandez au bibliothécaire de vous le commander – c’est gratuit. Vous pouvez copier les manuels pour 4¢ la page dans le Centre de copie près de l’UCAM au coin de St-Denis et Maisonneuve et ça va vous coûter moins de 10$. Essayez différents cours jusqu’à ce que vous trouviez un, qui vous convient.

Trouver un partenaire linguistique

Pour débloquer et commencer à parler (Speaking), il faut trouver quelqu’un avec qui faire la conversation. Une idée simple et qui ne coûte rien est celle, d’afficher une annonce dans les universités anglophones de Montréal (Concordia ou McGill) ou en Kijiji.ca. Dans cette annonce, dites que vous cherchez une personne, qui serait prête à vous aider à améliorer votre niveau d’anglais et qu’en échange, vous allez l’aider à améliorer son français. Avec votre partenaire d’apprentissage des langues, établissez une stratégie, qui consiste à échanger des courriels, à communiquer au téléphone et à se rencontrer à tour de rôle dans un environnement anglophone, puis francophone.

Parlez en anglais avec vos collègues

Si vous avez des amis ou collègues anglophones, demandez-leur de parler en anglais, même si au début vous allez chercher péniblement les mots. Les gens sont très compréhensifs et réceptifs à ça. N’oubliez pas, que l’Amérique du Nord est un continent d’immigrants et une grande partie d'eux ne parle pas très bien l’anglais. Vous pouvez entendre toutes sortes d’accents et niveaux de maitrise de l’anglais, mais ce qui compte, c’est pouvoir comprendre et se faire comprendre, même s’il faudra répéter quelques fois la question, ou s’aider avec les mains.

Personne ne vous demande un niveau de philologue et faire des erreurs n’est pas un sujet de préoccupation. Pensez quelle sera votre réaction, si un asiatique, (dont la structure de la langue est tout à fait différente - le sens des mots dépend aussi de l’intonation, pas seulement des sons) vous parle en votre langue maternelle. Allez-vous penser ‘Oh, qu’il parle mal’, ou plutôt ‘Oh, mais il parle ma langue! Je le comprends très bien!’? 

Travailler dans un environnement anglophone

C’est l’ultime commandement. Trouvez le moyen de travailler à temps partiel ou faire du bénévolat, le soir ou le week-end, dans un milieu anglophone. Cette expérience vous permettra de faire une immersion complète, nécessaire pour vous améliorer rapidement et pourra vous aider à créer un réseau de contacts, qui peut vous apporter un meilleur emploi.

Pour tester votre anglais, lisez la version anglaise du site. Si vous pouvez vous débrouiller, vous avez un anglais fonctionnel, ou vous pouvez le rendre fonctionnel en appliquant ce programme. Good luck everybody !

D’après l’article de Hassan SERRAJI,  Réussir ici, 14-01-2008

 
 
 
 
 
 
 
Évaluation gratuite de votre CV
 
 
Votre CV est-il adapté à la recherche clinique ?
 
Vous pouvez le copier/coller ici
pour  une consultation gratuite et  un  plan  d'action  approprié
Le service est  sans équivalent
 
D'après votre expérience vous pourriez
même être éligible pour un placement !
 
 

 
Objections communes et limitations perçues au sujet de la carrière d'ARC >>
 
 
 
 
Copyright
© 2009: Clinical Research Training Centre, All rights reserved